CAMP ERE DE L'ESTUAIRE Port-au-Saumon

Oasis nature Charlevoix, Québec

Écologie à Port-au-Saumon

Ammophila sp. (Hymenoptera : Sphecidae)
Pasted Graphic
Voir une ammophile femelle sortir d'un terrier dans un sol sablonneux, puis ''l'accueillir'' à son retour une trentaine ou moins de minutes plus tard, alors qu'elle revient avec une chenille paralysée, c'est tout une scène! Apprendre, de plus, qu'elle introduit sa proie dans son terrier et pond un oeuf sur celle-ci qui servira de nourriture à sa progéniture, voilà qui tient du prodige…

J'ai fait de telles observations jadis à Port-au-Saumon avec des campeurs comme spectateurs ébahis. Nous nous sommes aperçus que ces insectes savent retrouver le site exact du nid ou du terrier creusé dans le sable meuble, et ce, même si on brouillait un peu les abords du nid, effectuait un léger brassage du sable autour, ou encore plaçait un cône de conifère tout près. Il est bien connu aujourd'hui que ces guêpes gardent en mémoire les repères physiques qui leur permettent de retrouver le chemin de leur terrier. Toutefois, il ne faut pas trop brouiller les pistes et rendre l'environnement méconnaissable pour la pauvre guêpe qui ne fait que son boulot, préparer la nourriture pour sa descendance, la larve à venir.

Au moins huit espèces d'Ammophila, avec trois de Podalonia, genre voisin, sont recensées pour le Québec. J'ai dans le passé fait identifier quatre de ces espèces pour la région de Port-au-Saumon par un spécialiste de ces hyménoptères. Les ammophiles sont des guêpes solitaires dont la tâche des femelles consiste à chasser chenilles, dépourvues de poils, et larves de mouches à scie pour approvisionner leurs nids en vue de l'arrivée de leur progéniture. Elles paralysent les proies qui deviennent comateuses, mais ne meurent pas. L'œuf est déposé directement sur une partie du corps de la chenille et le ''nouveau-né'' aura sa provende à sa portée.

Les adultes se nourrissent de nectar et apparemment de petits insectes. Les terriers sablonneux peu profonds comprennent une chambre pouvant contenir un à dix chenilles comateuses. Les femelles de certaines espèces s'occupent de plusieurs nids à la fois. Elles peuvent sceller l'entrée de ceux-ci en y travaillant à l'aide d'un ''outil'' une minuscule pierre, manipulée avec leurs mandibules. Elles semblent avoir la faculté de se souvenir de l'emplacement de chaque nid pour les approvisionner en chenilles au besoin…