CAMP ERE DE L'ESTUAIRE Port-au-Saumon

Oasis nature Charlevoix, Québec

Écologie à Port-au-Saumon

Premières récoltes des larves, Pantala flavescens et Pantala hymenaea
(Odonata : Libellulidae) dans Charlevoix-Est (Qc)
Pantala_flavescens
English: Pantala flavescens - Wandering Glider
Français : Pantala flavescens
Date
20 November 2008
Source
http://www.flickr.com/photos/yimhafiz/2957248077/
Author : yimhafiz

Les naturalistes du camp L'ERE de l'Estuaire, à Port-au-Saumon, poursuivent assidûment l'inventaire des odonates de Charlevoix-Est depuis de nombreuses années. Ainsi le 31 juillet 2005, je partais avec Denis en excursion dans le secteur du rang Sainte-Mathilde, au nord de Cap-à-l'Aigle. Arrivés à une sablière, nous avons procédé à de l'échantillonnage dans plusieurs mares temporaires. Nos efforts devaient nous réserver quelques surprises. Surtout qu'une grande mare d'eau de pluie sur fond sableux laissait voir quelques organismes aquatiques surtout des insectes. Parmi les principaux observés, mentionnons des Bembidions et des Elaphres (Coléoptères : Carabidae) et des larves dont la détermination générique et spécifique relève du spécialiste. Ces organismes évoluaient dans l'interface eau-terre humide. À notre grande surprise, plusieurs larves de Pantala, une libellule adaptée à la vie des mares temporaires, se promenaient sur le sable du fond.

Nous avons donc pu récolter quatre larves de Pantala pour la collection du camp. Ces larves arborent une coloration et des mouchetures qui se confondent avec les couleurs du fond sableux. Ces couleurs cryptiques des larves de Pantala les aident à passer inaperçues pour des prédateurs potentiels qui survolent peut-être la mare.

J'ai pu examiner ces larves à loisirs à la loupe binoculaire pour découvrir que nous avons trois larves de Pantala flavescens et une larve de Pantala hymenaea. Cette dernière est une première mention de cette espèce pour Charlevoix-Est et la région de Port-au-Saumon-Cap-à-l'Aigle. Cela ajoute une espèce de libellule de plus à l'inventaire des odonates de Charlevoix-Est que les naturalistes du camp Ère de l'Estuaire effectuent depuis de nombreuses années.

C'est au surplus la première fois depuis le début de l'histoire du camp que des larves de Pantala sont découvertes et déterminées à l'espèce lors de nos excursions qui remontent à 1975.

Fait intéressant, des individus adultes de Pantala flavescens survolent le terrain du camp devant la Demeurance et parfois devant les tentes et ce, depuis de nombreuses années en juillet. Il importe de signaler que cette espèce de libellule est difficile à capturer. La conformation de ses ailes postérieures, la largeur de ces dernières, permettent un vol rapide, déroutant, ponctué d'esquives spectaculaires.

Les Pantala sont répandues dans le monde entier ou presque. Cependant, les larves ne survivent pas aux rigueurs de nos hivers québécois. En effet, le naturaliste peut se rendre dans les sablières parfois criblées de mares en novembre ou décembre après des nuits de gel, briser la glace qui recouvre les mares de Pantala et trouver les larves mortes gisant au fond positionnées à l'envers. J'ai fait ces observations à quelques reprises.

Devant de telles constatations, on aura compris que nos deux espèces de Pantala sont des libellules migratrices venues des États-Unis, au moins pour les premières cohortes printanières au début de la saison de vol des odonates. Les femelles pondeuses doivent probablement repeupler les habitats du Québec contrairement aux larves de toutes les autres espèces du Québec qui survivent aux rigueurs de notre hiver. Ainsi, les Pantala dont on admire le vol à chaque été ont un cycle de vie fascinant que l'on ne connaît pas encore parfaitement. D'autres découvertes attendent les chercheurs qui s'intéresseront à ces deux magnifiques espèces.

Raymond Hutchinson, revue le 20 oct. 2005